Confitures de mirabelles

J’ai fait cette confiture juste avant la rentrée scolaire, et elle a eu beaucoup de succès, même le cadet qui n’aime pas grand chose mais qui doit goûter de tout, a finalement sourit a la fin de la tartine  » oh mais c’est bon  ». Voici cette recette de confiture « de derrière les fagots » expression qui signifie : Précieusement conservé, d’une très grande qualité, excellent etc..  »

À l’origine, au 18e siècle, on cachait le meilleur vin derrière des fagots de bois, ce vin que l’on remontait de la cave pour de grandes occasions, et l’expression est restée . Des fagots, dans le hangar de la maison on les stockait par dizaine, J’en ai fait avec maman, Alice et Claude, ma sœur et frère aînés, je connais encore très bien la technique. Nous avions le haut des cuisses pas mal rouges, car il fallait casser les branchages de bois secs qui jonchaient le sol et les plier pour en faire des petits fagots de +-30×20 cm, on ne touchait jamais à l’arbre. Ensuite, on les liait avec des cordes que le fermier nous procurait amicalement, (des cordes de ballots). Les fagots de maman étaient pratiquement tous pareils, alignement impeccable, les miens bof pourtant je m’appliquais … Puis on les remontait à l’orée dans le champ, la sortie du bois était abrupte, une pente très forte et des fougères énormes tout le long de notre remontée nous coupaient un peu dans les jambes, j’en avais peur. J’en garde un super souvenir, c’était gai car dans le fond du bois, coulait un petit  »richot » un ru, et on avait la permission d’y jouer. A la tombée de la nuit, on était super fatigués. Papa (avec sa mauvaise jambe comme il disait) ne venait pas au bois. Ces fagots servaient à démarrer le feu dans le poêle avant d’y ajouter des bûches. Et puis, les radiateurs ont fait leur apparition, avec la baignoire et l’eau chaude. Fini les bassines pour la vaisselle, les temps avait changés… c’était le tout début des années 70 pas si vieux… Je me suis égarée du sujet, revenons à nos mirabelles. Abonnée à la newsletters de Guylaine je ne rate aucun de ses billets, Quand j’ai vu les ingrédients, j’ai foncé lol, le petit goût de vin blanc est extra !

Préparation : 15′

Cuisson : 1×7′ 1×20′

Facilité : *

Repos : 1 nuit

Pour -+ 4 pots de 250 g

1,2 kg de mirabelles soit 1 kg net

850gr de sucre spéciale confiture

Le jus d’un demi citron

150g de sucre vanillé maison

250 ml de vin blanc ‘marjolaine’

La confiture se fait en deux jours

Pour la cuisson

1er jour :

jusqu’au frémissement de la préparation

2ème jour :

10 mn après l’ébullition de la confiture.

Préparation du premier jour

Rincez les mirabelles à l’eau fraîche et séchez-les dans un linge. Retirez les noyaux.

1 Mélangez les mirabelles, les sucres, et le jus de citron dans une casserole couvrez la et laissez macérer pendant 1 heure.

2 Après 1 heure porter la casserole des mirabelles jusqu’à frémissement en mélangeant  délicatement.

Après refroidissement, mettre la casserole au frigo pour la nuit,

Le 2ème jour :

3 Mettre la casserole sur feu vif pendant 5 mn en continuant de remuer.

Ajoutez le vin blanc, et portez à nouveau à ébullition 5 mn en remuant sans cesse.

Écumer si nécessaire.

Vérifiez la consistance de votre confiture en déposant quelques gouttes sur une assiette froide, elle doit légèrement gélifier.

4 Mettre la confiture en pots, couvrir et laisser refroidir couvercle en bas.